Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
The Routeburn Track, ou à la recherche du dahut kiwi!

The Routeburn Track, ou à la recherche du dahut kiwi!

routeburn_track

Tout d’abord, pour ceux qui l’ignorerait, la Nouvelle-Zélande est le paradis des randonneurs. Il y a des milliers de kilomètres de chemins, et la plupart des magnifiques coins du pays ne sont même pas « exploités » par les marcheurs, tellement ils sont inaccessibles. Et puis surtout, quelle meilleure façon que marcher pour explorer ce pays aux paysages splendides? Le Department of Conservation kiwi – équivalent d’un ministère de l’Environnement – a classifié tous ces chemins, et notamment les neuf « Great Walks », plus ou moins accessibles à toute personne un ayant un minimum d’expérience (très beau coup touristique!)…

Le Milford Track est le plus connu, traversant la magnifique région de Fiordland. Sauf que ce track est complet jusqu’à mi-Avril, depuis début Octobre! Ah oui, la caractéristique de ces Great Walks, c’est qu’il faut réserver ses « huts » ou places en refuge, sinon interdit de marcher sur le chemin, car camping sauvage interdit – et ils ne plaisantent pas au DOC – ou juste pour une journée…

Ne voulant donc pas repartir du pays sans avoir fait un Great Walk de plusieurs jours – le Tongariro Alpine Crossing est un des Great Walks, mais ce n’est qu’un jour – j’ai donc réservé deux nuits pour le Routeburn Track, le meilleur des tracks au niveau de la vue que l’on a depuis les montagnes. 32 kilomètres, 15 heures de marche, à peu près 16 kilos sur le dos au début, et hop, c’est parti! Commencé mercredi aprèm vers 14h, fini vendredi en début d’aprèm.

Des paysages grandioses, un track « pretty easy » comme dirait le conducteur de la navette, mais pas mal pour une première rando de plusieurs jours, pleins de noix et de barres d’énergies dans le sac, pas de pluie – ou juste au début! – parfait! Le track part à 2h de route de Queenstown, traverse le Mount Aspiring National Park ainsi que Fiordland National Park, et fait entre 600 et 700m de dénivelé – point le plus haut à 1300m. Les paysages sont absolument magnifiques. Rien d’exceptionnel pour les haut-savoyards, désolée… mais on voit la Mer Tasman depuis le sommet (cf photo du début), et les sommets, ainsi que la Hollyford Valley sont tout simplement magnifiques. Après avoir passé 2h dans le bush, au milieu des fougères, ça grimpe pas mal pour pouvoir admirer les sommets pendant 5h de marche, puis une nuit au lac MacKenzie (cf photo du bas), avec un ranger qui nous a fait un show d’une heure à nous raconter pleins d’anecdotes hilarantes, et enfin back into the bush, et passage à côté de chutes d’eau de 174m (Margot, elles sont pour toi celles-là!), les Earland Falls.

Ce sera mon hébergement le plus cher, 50$ la nuit, ce qui ne fait « que » 27 euros, mais c’est le double de ce que je paye pour une nuit en auberge!

routeburnPar contre, ce sera un de mes meilleurs souvenirs… Marcher comme ça, seule au milieu de la nature, des montagnes, avec juste le chant des oiseaux pour compagnie, c’est vraiment très agréable! Bien sûr, je n’étais pas tout le temps toute seule, j’ai rencontré pas mal de gens, comme un couple d’Américains qui font le tour du monde sur leur voilier en cinq ans, ou un petit grand-père Japonais qui a déjà fait le Mt-Blanc et le Mt Fuji plusieurs fois, et j’ai fait un bout de chemin avec une Allemande et une Américaine. Mais quand les autres n’ont pas le même rythme que moi, ça reste plus sympa de marcher toute seule!

Voilà donc mon Routeburn Track, des souvenirs pleins la tête, des centaines de photo sur mon ordi, et heureuse de l’avoir fait!

Et non, pas de dahut! Pourtant j’ai cherché! Les Alpes ne sont plus ce qu’elles étaient, vraiment… par contre, y avait des sandflies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge