Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Delta du Mékong, le plus long fleuve du monde

Delta du Mékong, le plus long fleuve du monde

  delta_mekong

J’attendais cette journée avec impatience, mais ça a été très touristique, dans un groupe, d’un atelier de fabrication de galettes de riz (pour les rouleaux de printemps), à un atelier de bonbons à la noix de coco. Et allez-y, achetez. Mais bon, c’est le Mékong, c’est immense, c’est fou d’être ici, c’est marronâtre et dégueu, et on est au milieu de mangroves, dans un monde à part…

mekongEt voilà, encore une fois je dois partir alors que je m’étais habituée à un pays, à la langue, aux gens, à leurs sourires, et même à prendre un scooter-taxi, sans peur, sans casque. Mélanie m’avait même proposé de conduire le sien, mais comment dire?… je préfère essayer à la maison que dans leur bazar routier. Je ne suis d’ailleurs toujours pas habituée aux bruits de klaxon incessants, et la façon terrible de conduire des chauffeurs de bus!

Dix jours au Vietnam c’est court, certes, mais c’est mieux que quatre en Malaisie. Je suis bien plus curieuse maintenant, et j’ai hâte de revenir!

Petite leçon de vie asiatique (âmes sensibles s’abstenir): la chaleur et l’humidité impliquent beaucoup de bouleversements. L’un des plus importants est l’odeur. Pour une « maniaque » des odeurs comme moi, je ne vous raconte pas l’épreuve… mais comme tout le reste, c’est une expérience en soi, et on s’y fait. Mais tout de même… D’une, mon parfum a tourné après deux jours – qui voudrait mettre du parfum ici? De deux, dès que j’arrête de faire couler l’eau de la douche sur moi je recommence à transpirer. Alors, à quoi bon? Et pour finir, sachez que j’ai déjà essoré mes t-shirts plusieurs fois à cause de la sueur. Je ne vous raconte pas l’état de mes sacs à dos. D’ailleurs, je maudis l’inventeur des sacs qui absorbent l’humidité! Depuis le trek de Chiang Mai, mon petit sac est moite et puant… Voilà, c’était la minute inutile, car vous avez beau savoir ça, si vous venez ici vous n’y pourrez rien de toutes façons!

 

mekong

C’est ma dernière soirée. Mon sac est prêt, billets et passeports en place. Je vais aller manger un phõ (soupe de nouilles vietnamiennes), boire un coup avec ceux de ma chambre, et jouer une dernière fois à ce jeu que j’aime tant: essayer de deviner la nationalité des gens. J’avoue que je suis assez excellente. Surtout qu’ici, il y a du challenge, tandis qu’à Paris ça va être trop facile, tous ceux qui tirent la tronche sont Français… (non, je n’ai pas envie de retrouver ce pays, et ne me demandez pas pourquoi!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge