Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Nouvelle-Zélande, si vous trouvez plus loin, revenez nous voir!

Nouvelle-Zélande, si vous trouvez plus loin, revenez nous voir!

 nouvelle-zelande  
Voilà.
Je suis à l’aéroport d’Auckland, là où tout a commencé en septembre dernier, en train d’attendre mon avion pour Singapour.
J’ai l’impression que ces huit mois se sont déroulés très vite et que c’était seulement hier mon faisage de sac en Haute-Savoie. Je quitte ce pays en ayant atteint la plupart des objectifs que je m’étais fixés.

kiwi Oui, je n’ai pas skié ici, oui, je n’ai pas sauté en parachute ni buggy jumpé, non, je ne connais toujours pas les règles du rugby – mais je sais quelle équipe est la meilleure du monde : Go All BLACKS!!! – non, je n’ai pas embrassé de kiwi (quoi que…), oui, je ne parle toujours pas baleine, non, je n’ai pas appris à surfer, oui, il y a encore des endroits où je ne suis pas allée, non, je ne mange toujours pas des meat pies matin, midi et soir, et non, je ne m’habillerais pas comme une anglosaxonne!

J’ai abandonné pour compter les moutons, mais je sais faire pour les pingouins, et j’ai appris à danser avec des dauphins. Je sais danser le haka et le chanter (plus ou moins…). Maintenant c’est sweet as, cool as bro, je comprends le néo-zélandais bien mieux que l’anglais d’Angleterre et je connais même quelques mots en maori.

maoriJe sais faire la différence entre du Sauvignon et du Chardonnay. J’ai fait des randos magnifiques, et bien plus que ce que je n’avais prévu. J’ai vu the Cat Empire en live et j’ai rencontre des tas de gens extraordinaires. J’ai mangé des kiwis et des feijoas pour une année entière et pris en photo des fougères, des fjords, des pingouins, des dauphins, des plages, des montagnes, des fougères, des phares,des mouettes, des fougères…

Je n’ai pas appris l’allemand, mais j’ai fait des trucs qui n’étaient pas sur ma « to do list« : apprendre à faire le café, faire du jardinage, rouler à gauche, vaincre les earthquakes et les volcans, apprendre pleins de noms d’oiseaux et d’arbres, noms qui ne me resserviront surement jamais,tout comme les noms de lieux en maoris d’ailleurs. Je sais maintenant dormir presque n’importe où et comment faire du stop. Et je suis incollable sur le Pacifique! enfin, j’en connais plus que vous en tout cas…Mais comme en huit mois on ne peut pas tout faire, qui sait, je reviendrais peut-être un jour, tester les montagnes des Alpes du Sud. Ou alors je m’arrêterais en Australie, c’est plus près.
Il est temps de quitter mon nouveau pays d’adoption… J’ai regardé le ciel une dernière fois hier soir, ce grand ciel étoilé dans lequel on peut distinguer la Voie lactée et la Southern Cross… Ce paysage-là va sacrément me manquer, et c’est bien une des seules choses que je ne retrouverais qu’en revenant ici!

Haere ra Aotearoa!

anna_nz

« sur les chemins de la bohème, j’ai croisé le bout du monde… »

3 comments

  • J’adore ton post … beau résumé d’un voyage qui a l’air aussi extraordinaire qu’indescriptible !!!!
    Je te souhaite une bonne fin de découverte et un bon retour dans les montagnes groisiliennes !!!

    Réponse
  • Merci Lucie! C’est tout à fait ce que je ressens… j’ai beau écrire, j’ai souvent l’impression que je suis loin de rendre ce que je ressens réellement.

    A bientot!

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge