Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Goodbye Auckland

Goodbye Auckland

auckland_volcans

Je n’aime pas les dernières semaines.

Depuis six ans à ne jamais rester en place, je suis pourtant habituée à quitter un endroit auquel je commençais tout juste à m’attacher…

A chaque fois c’est la même chose qui revient. On dresse la liste des choses qu’on avait dit qu’on ferait et qu’on n’a pas faites, on s’arrête pour chaque petite connerie qu’on voit et on se dit « oh, c’est la dernière fois que je vois une fougère » et on essaye de graver chaque instant au plus profond de sa mémoire… ce qui est complètement ridicule parce qu’en général c’est rarement de ces derniers jours qu’on se souvient le plus. Donc on fait des trucs un peu débiles parce que de toutes façons, ben on s’en va!

Comme dépenser 25 dollars chacun avec ma collègue Justine et son couchsurfeur Ludo (français, au cas ou vous auriez des doutes!) pour une baguette et trois bouts de fromage (cantal, beaufort et chèvre), après avoir demande au fromager de les goûter tous un par un – nan môsieur, le goût de la tomme de Savoie je ne connais pas! – juste histoire d’avoir mal au ventre après, parce que bien sur, on n’est plus habitué. Comme grimper tout en haut d’un volcan simplement endormi, en se jurant de ne plus sortir la veille de toute activité physique, admirer la vue sur le aucklandgolfe Hauraki, lire que des volcans n’attendent que de sortir de terre dans ce golfe, et se dire que c’est ptetre pas une si mauvaise idée de partir d’Auckland… Comme aborder un gars dans un bar avec mon amie irlandaise Judy « Hey, are you French?… Nan, parce qu’on se disait, avec un sourire pareil tu pouvais être que Français » et le laisser là parce qu’il est parisien, et faut pas exagérer quand même. Comme improviser un hébergement de copines couchsurfeuses – Florie et Gabi, celles de Queenstown, toujours les mêmes… et c’est pas fini! – à la toute dernière minute, et finir autour d’une délicieuse quiche, et d’un jungle speed toujours aussi marrant. Comme aller braver la tempête pour se manger un curry entre coloc, se faire une vraie soirée entre filles, potins et icecream, et occulter la question de Natasha « Do you still think about your bikini in Thailand when you’re eating all that? ». Comme laver son bagpack – mon meilleur ami ici… – la veille du départ, parce que la seule minette de la maison n’a rien trouve de mieux que de marquer son territoire dans toute ma chambre… et comme tant d’autres!

Je n’aime pas les dernières semaines… Ça tombe bien, je pars demain midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge