Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Magnifique expédition sur les volcans Bromo et Ijen

Magnifique expédition sur les volcans Bromo et Ijen

L’Indonésie, tout comme la Nouvelle-Zélande, est situé sur la ceinture de feu du Pacifique. Si, si, cet alignement de volcans qui borde l’océan et les plaques tectoniques, qui rend ces pays certes pacifiques mais pas vraiment safes pour y vivre. Bref, il y a donc beaucoup de volcans (gunung) en Indonésie, dont certains qui toussotent régulièrement, et quelques-uns qui valent vraiment le détour, notamment les volcans Bromo et Ijen. Ce sont ces derniers qu’on a choisi d’aller voir, au Sud-Est de Java.

Gunung Bromo

On était prévenus. On savait qu’on allait se prendre une claque, mais pas à ce point là.

volcans_Bromo_et_Ijen

Après cinq de train climatisé jusqu’à Surabaya (avec Céline Dion en fond sonore, afin de rendre le voyage encore plus long), et quatre heures de voiture avec Hadi, le seul chauffeur obèse et mélomane de toute l’Indonésie – écoutez ça en boucle en lisant cet article, en imaginant une voix de fausset qui chante par-dessus, et vous aurez une idée de ce qu’on a enduré pendant trois jours – nous sommes enfin arrivés au Lava View Lodge, à temps pour admirer le coucher de soleil sur la caldeira et les volcans Bromo et Bantok.

La nuit tombant vite dans ce pays situé juste en dessous de l’Equateur, vers 20h il faisait déjà nuit noire, et on est parti dans un coin un peu plus isolé des lumières, pour se retrouver tous les trois au-dessus de la caldeira, face à l’immensité de la nuit. La Voie Lactée scintillait au-dessus de nos têtes, plus visible que jamais. A gauche – à l’Est? – on distinguait la Grande Ourse. Et partout autour de nous, des millions d’étoiles scintillaient. On était seuls au monde, minuscules sur notre petit promontoire, engloutis par le silence. Seuls au monde, à compter les étoiles filantes et se faire absorber par le ciel. Un moment incroyable, j’en ai encore des frissons rien qu’en y repensant.
Le premier ciel du voyage, le premier d’une longue série de ciels admirés, à toute heure du jour et de la nuit, assis dans le sable ou debout sur un sommet. On les a appréciés et on a essayé de s’imprégner un maximum de cette immensité, pour faire des réserves d’horizon, à ressortir plus tard, entre deux immeubles.

Les choses sérieuses ont commencé à 2h45, avec le réveil, l’enfilage de polaires et chaussures de rando, pour être dans la jeep à 3 heures, et avant 4h au point de vue surplombant la caldeira, pour être aux premières loges pour le lever du soleil. Premières loges certes, mais entourés d’un bon millier de touristes armés d’appareils photos, se bousculant pour la meilleure place, qui donnera la meilleure photo. La sensation qu’on avait eu la veille, celle de ne faire plus qu’un avec le ciel, avait totalement disparu, les gens ne sachant pas être silencieux – respectueux? – face à la nature. Mais quand le spectacle rouge-orangé-bleuté a commencé à l’Ouest, et que je me suis frayé un chemin avec mon appareil photo, je suis restée bluffée. C’était magnifique.
Le soleil se levait doucement sur le côté, et devant moi les nuages commençaient à s’écarter des cônes, laissant apparaître les reliefs des volcans, et cette petite fumerolle qui s’échappait encore des cratères. Les couleurs évoluaient progressivement, passant par toutes les teintes de bleu et violet imaginables. La naissance d’un nouveau jour, comme je ne l’avais jamais vu. Et nous, toujours minuscules, face à ce spectacle impressionnant.
volcan_Bromo_soleil

Pour nous remettre de nos émotions, notre chauffeur de jeep nous a emmené dans la caldeira (la formation qu’a laissé le volcan_Bromovolcan lors de son explosion il y a quelques années), dans une ambiance à la Paris-Dakar, le sable se soulevant au passage des 4X4 et des motos. Déposés au pied du cratère, on a gravi la petite pente à cheval – ou à pied pour moi, en tentant de ne pas respirer trop de souffre et de cendre. Petite expédition récompensée par la vue au sommet sur les autres sommets, et sur l’intérieur du cratère bouillonnant, suivi tout de même par une mini-sieste.

Gunung Ijen, montagne solitaire

Laure-Anne est interne en médecine, alors les journées après une nuit (de garde) sans dormir ça ne lui fait pas peur. Mais moi j’ai besoin de mes heures de sommeil pendant des horaires normaux. Donc on peut imaginer que le trajet Bromo-Ijen qui a suivi notre réveil matinal n’a pas été très agréable – et ce n’était rien à côté de ce qui nous attendait le lendemain…  Il faut en plus essayer de dormir quand le chauffeur passe du Limp Bizkit et du Nickelback à fond, et qu’il chante par dessus. Quoi que c’était toujours mieux que la K Pop criarde qui a suivi.

Cette fois-ci le réveil n’a pas sonné à 2h45, mais à minuit 45, après ce qu’on va appeler une mini sieste (pleine de musiques criardes venues du fin fond du taxi… merci Hadi!). Renfilage de polaires et chaussettes, pour affronter le froid nocturne de la montagne Ijen, qu’on a abordé à 1h du matin, à la lampe torche, avec un mini guide nous demandant régulièrement de faire des pauses. Étrange sensation que de marcher dans l’obscurité, les membres encore à moitié réveillés, sans distinguer la faune autour de nous, et encore moins les paysages. On ne pouvait qu’admirer les étoiles, en faisant attention aux racines disposées négligemment le long du chemin. Ce ne sera qu’en descendant qu’on se rendra compte du dénivelé parcouru.

La raison pour laquelle on grimpe Ijen à cette heure-ci, lever de soleil mis à part, c’est pour voir des flammes bleues Ijenqui sortent de la paroi, dans le cratère. Apparemment cette formation étrange n’existe qu’à deux endroits dans le monde, à Ijen et en Alaska. Et après deux heures de monté, puis trente minutes de descente un peu casse-gueule dans le cratère, on s’est retrouvé face à ces flammes, de la même couleur que celles du camping-gaz – bleues nuit, sortant du volcan. Assez étrange comme sensation: on ne sait pas vraiment d’où vient ce phénomène – et ce sont pas les guides autour de nous qui vont nous l’expliquer, Ijen_flammesbleueson a des masques sur la bouche pour nous empêcher de suffoquer à cause du souffre, on vient de faire une descente un peu dangereuse (l’avantage de la nuit, c’est que le vertige disparaît…), que les ramasseurs de souffre autour de nous remontent en tongs, et le lac du cratère dans lequel on vient de tremper le doigt est le plus acide du monde. Ça fait beaucoup pour une seule matinée.

Heureusement on avait quelques gâteaux et du chocolat en poudre à mettre sur du pain de mie beurré! Peu importe ce qu’on a ingurgité, on était sortis du cratère, et on a vu le soleil émerger entre l’océan et la montagne voisine. Un deuxième festival de couleur, qui en plus de nous régaler, nous a permis de prendre le plus beau selfie du séjour, rien que ça…
Un coup d’œil au cratère du lac et son lac, qu’on découvrait enfin, et on est reparti pour la descente (5h30 au total, 3km de marche, dénivelé de 536m pour un sommet à 2386m), et retour au parking, où on allait commencer notre deuxième journée en une… celle qui se finirait à Bali.

Ijen_cratère

Voilà, deux levers de soleil en deux jours, aux volcans Bromo et Ijen. Et un coq et deux poulettes sur les rotules après à peine une semaine de voyage…

Conseils pratiques

Lorsqu’on a tenté d’organiser notre voyage depuis la France, il était clair qu’on allait passer une semaine un peu à l’arrach à selfie_IjenJava, dans un temps très limité, pour pouvoir ensuite profiter de Bali à fond. Par contre, impossible, ou presque, de trouver des horaires de bus ou des compagnies proposant le trajet Yogyakarta-Bromo-Ijen depuis la France. J’ai dû fouiller sur de nombreux blogs et forums, avant de tomber enfin sur ces chauffeurs privés, et après quelques échanges d’emails, ils m’ont confirmé que c’était en effet faisable de voir les volcans Bromo et Ijen en deux jours. Je n’ai pas vraiment négocié le prix, mais on est parti sur 1950000 roupies pour Bromo et Ijen, jusqu’au ferry pour Bali, dans une énorme voiture bien confortable. Et on a géré les hôtels nous-même, dans cette région bien trop touristique, où les prix pratiqués sont hallucinants par rapport au reste du pays, et par rapport au confort tout relatif proposé. Mais bon, comme partout en Asie du Sud-Est, on peut arriver en ville le jour même, négocier son package de voyage, et être le soir dans un mini-bus pour la destination voulue.

Ijen

19 comments

  • je suis intriguée par ton récit puisque tu sembles dire qu’en 2 jours cette excursion est faisable !
    tu es l’une des rares (voir la seule) qui le mentionne. Je n’ai que 2 jours et demi pour tenter cette ascension (je consacre le jour 1 pour le vol aller et le trajet aéroport-pied du mont Bromo et je n’ai que la matinée du jour 4 pour retournée au même aéroport Surabaya). au plaisir d’avoir des détails.

    Réponse
    • Bonjour Agnès!
      J’avais vu sur des forums que c’était faisable, et sur un autre blog (cf Miles of Happiness, commentaire au-dessus), et en effet, avec un chauffeur, et un parcours millimétré, on l’a fait. D’autres français sont passés par des voyages organisés, trouvés à Yogakarta, et on également réussi à tout faire. Vu qu’on se lève au milieu de la nuit et qu’on a fini les « visites » vers 8-9h, on a le reste de la journée pour faire le transport. C’est ultra crevant, mais ça vaut la peine!
      Jour 1: transport Surabaya -> Bromo
      Jour 2: levé de soleil Bromo – transport Bromo -> Ijen
      Jour 3: levé de soleil Ijen – retour (faisable vu que tu es au parking d’Ijen à 8-9h du mat)
      N’hésite pas si tu as d’autres questions 🙂
      Anna

      Réponse
  • Salut Anna,

    Ça ma peut être échappé mais je ne vois pas le contact de votre chauffeur adi
    Peux tu me l’envoyer ?
    Merci bcp

    Julien

    Réponse
    • Bonjour, notre guide n’était pas francophone, mais parlait un anglais correct, suffisant pour organiser les visites, pas assez pour avoir des conversations plus poussées.

      Réponse
  • Merci pour ce récit!! Je viendrai de Bali et ferai Ijen et Bromo dans quelques jours. J’ai contacté un tour qui m’a l’air sérieux mais qui me demande une somme exorbitante: 4700000 rp. Ca me paraît hallucinant ! Combien avais tu payé en tout au final ??

    Réponse
    • Je sais plus trop combien on avait payé au final (et c’était il y a trois ans maintenant), mais ça reste assez cher dans l’idée vu qu’on a le chauffeur pour nous pour plusieurs jours…

      Réponse
  • Bonjour Anna,
    Merci pour ces récits de voyage, ça m’aide à y voir plus clair pour organiser mon voyage début septembre.
    Une question à propos de votre tour avec pinkhouse : est ce que c’était un minibus privé, ou étiez-vous avec d’autres personnes? Le tour que vous avez fait m’intéresse beaucoup, mais voyant seule, ca me parait délirant (et cher!) de prendre un transport privé seule…
    J’ai regardé du côté des agences classiques, les prix sont exorbitants, je me demande si je ne ferai pas mieux de voir une fois sur place…
    Merci par avance, et bonne continuation!
    Anna

    Réponse
    • Bonjour Anna,
      C’était un taxi privé, on était trois à le partager. Toute seule, je vous conseille plutôt de voir sur place à Yogyakarta, comme ont fait beaucoup de jeunes que j’ai rencontré sur place. Au final ils en avaient eu pour le même prix que nous. Bon voyage 🙂

      Réponse
  • Mille mercis pour ce récit qui m’a fait retourner sur les pentes du Ijen et les superbes paysages du Bromo. A l’époque j’étais parti avec http://www.myasiantrip.fr et cela c’était super bien passé. Par contre je n’avais pas eu la chance de voir les flammes bleues, cela vaut-il vraiment le coup? Merci encore et bon voyages futurs!!!

    Réponse
    • C’est incongru les flammes bleues, mais ce n’est pas ce qui est le plus beau. C’est la beauté du site et les paysages qui valent le détour! Bons voyages à vous 🙂

      Réponse
  • Bonjour Ana
    j’ai envoyé un message à cette agence qui m’a fait 2 propositions et j’ai accepté une des 2.depuis je leur demande confirmation de ma réservation et plus de réponse !! cela fait 4 messages que je leur laisse en leur expliquant que vu que nous arrivons avec 2 ados et une enfant nous avons besoin d’être assurées de ne pas rester sans chauffeur…pas de réponse :(.
    Cette agence n’est pas sérieuse !!!

    Réponse
    • Merci pour l’info, et désolée que cela vous arrive. Je prends note pour les futurs voyageurs. Bon voyage à vous, et ne vous inquiétez pas, normalement vous devriez trouver sur place.

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge