Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Les p’tits malheurs d’Anna

Les p’tits malheurs d’Anna

Parce qu’un voyage en Asie du Sud-Est sans blessures, infections ou maladies, c’est d’une banalité sans nom, je me suis dit qu’après deux semaines il était temps que je m’y mettes!

Tout a donc commencé ce matin, au port de Koh Tao, juste avant de quitter l’île. Le chauffeur de taxi m’ayant indiqué un mauvais quai, il a fallu que je redescende, sur une pente en béton. Et ziiiiip, magnifique dérapage incontrôlé, avec les sacs sur le dos en prime. Inutile de vous dire que j’étais en tongs, et que par conséquent j’ai perdu une bonne partie de ma peau sur le haut de mon pied gauche.

Hop, hop, hop, je me relève, un petit coup d’eau sur les plaies et on désinfectera plus tard, car c’est pas tout, mais j’ai un ferry à prendre dans une heure moi. Sauf que  – ah bah oui, sinon c’est pas marrant!

Sauf que, dans la queue pour prendre mon billet, j’ai senti la tête qui me tournait un peu. Je me suis fait la réflexion que ce serait quand même bête que je m’évanouisse ici, et sans que je me souvienne de rien je me suis retrouvé par terre, avec pleins de têtes tournées vers moi… je vous avoue que je suis partie bien loin dans mes pensées et il m’a fallu quelques minutes pour resituer où j’étais – gens aux visages asiatiques, Asie, pourquoi, où, comment, euh… « are you alright? »

On m’a assise sur une chaise, j’ai bu un coup et je me suis évanouie une deuxième fois. Là, les gens autour de moi ont vraiment commencé à s’inquiéter et un des gars a appellé la clinique, tandis que moi je ne pensais qu’à mon ferry que j’allais louper! L’ambulance – le scooter – m’a ammené chez le docteur, où trois jeunes filles se sont occupées de moi. Pansements, tension checkée (normale) et un peu de gâteaux pour aller mieux. Après quelques minutes allongée, elles m’ont ramené à l’embarcadère, où j’ai pu attraper mon ferry à temps…

C’était mon aventure du jour, qui m’a valu une belle frayeur tout de même… Ceux qui me connaissent bien ne s’étonneront pas de cette aventure, car ils savent que la vue du sang ou une blessure peuvent me faire avoir des réactions pareilles (au petit matin à Marseille, ou dans la salle Kantor au lycée…), il n’y a donc pas à s’inquiéter, même si sur le moment ce n’est pas très rassurant!

Je me nourris, je bois encore plus que d’habitude (plus de 6 litres par jour, c’est possible!), je fais gaffe où je mets les pieds, et je vais gérer ma blessure au pied gauche du mieux que je peux, histoire d’éviter l’infection – ça fait partie du délire Asie du Sud-Est aussi, mais là je dis non! Et pour que vous ne vous inquiétez pas du tout, y a Florie qui me rejoint demain matin, et on ne se quitte plus jusqu’au 10 juin.

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge