Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Coromandel, ou Thelma et Louise suite et fin

Coromandel, ou Thelma et Louise suite et fin

 coromandel

Thelma et Louise ça a un peu loupé, on n’a pas trouvé Brad Pitt, ni même un semblant de Brad Pitt… c’est trop dommage, on y croyait nous! Et puis Sophie est partie, alors même si la voiture a été un peu abîmée, on l’a rendue, et on est toujours là (oui, je savais déjà la fin avant de visionner le film de notre périple en entier…).

Néanmoins on a passé le weekend dans un des plus beaux et plus agréable endroits du pays: la péninsule de Coromandel. De splendides collines dans tous les tons de verts possibles, tombant dans l’océan, d’immenses plages de sable blanc, et une eau encore très bonne!

Après avoir pas mal roulé et admiré les paysages, on s’est posées à Cathedral Cove dimanche matin. Wouahou… Une petite crique extraordinaire, la plus belle plage que j’ai vu en Nouvelle-Zélande. Après trente minutes de marche sur les falaises, on arrive sur cette petite baie entourée de rochers impressionnants. Le nom de Cathedral vient de cette ouverture dans la falaise créée par l’érosion, qui permet de passer d’une crique à l’autre.

Baignade, bronzage, farniente, et re-voiture, pour aller se brûler les pieds à Hot Water Beach. Cette plage, à quelques kilomètres de Cathedral Cove et Hahei, et un phénomène géothermique assez incroyable pour nous français, mais bien commun en NZ! Pour faire simple, c’est volcanique en dessous, et à marée basse on peut creuser à un certain endroit de la plage, et s’installer dans de l’eau qui peut monter jusqu’à 60 degrés! Nous on s’est pas posé, on hot_beachs’est brûlé les pieds et on est reparties, il faisait assez chaud comme ça. Mais j’avoue que l’hiver ou de nuit ça doit être sympa!

 

Un weekend toujours en plein cœur de l’été, avec barbecue, le bronzage qui continue à s’entretenir pas mal, du sable entre les orteils, et le bruit des vagues en fond sonore…

Mais les vacances sont bel et bien finies, et après deux mois des vacances, voire plus, on a tendance à oublier qu’un weekend n’a que deux jours! Le retour sur Auckland a été d’autant plus dur qu’on s’est tapé un embouteillage en quittant la péninsule, mon premier depuis cinq mois – je ne rigole pas, il n’y a pas de bouchons chez les Kiwis!

coromandel_sunset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge