Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Tallin, ville féérique

Tallin, ville féérique

 

J’avais envisagé un stop par Tallin lors de mon précédent voyage en pays Suomi en mai dernier, mais faute de temps / d’argent, cela n’avait pas pu se faire. Puis, comme tout pays qu’on envisage un temps, l’idée germe dans un coin de cerveau, alimentée régulièrement par des anecdotes – comme par exemple mon ancienne coloc, tombée amoureuse de et en Estonie qui n’arrêtait pas de me parler du pays depuis six mois, ou ce magnifique livre de Paolo Rumiz « Aux frontières de l’Europe » qui m’a donné envie d’aller plus à l’Est, ou encore des initiatives du genre « et si on allait faire le nouvel an dans un des pays baltes cette année? »…
Tout cela fait gamberger pendant quelques semaines, pour enfin prendre les billets d’avion, du ferry et du bus – qui feront le lien entre le Noël familial et le nouvel an entre amis. On règle finalement les derniers détails un peu à l’arrache, et je me retrouve dans une chambre d’auberge, à Tallin, à attendre un de mes meilleurs potes (Camille, un des warriors de la Bucket team), pour une seule journée dans la capitale estonienne. Mais quelle journée!

Pourquoi Tallin?

Tallin, ville féérique

Quelle ville, et quelle ignorance face à ce pays… J’avais pris quelques notes avant de partir, et j’avais notamment inscrit « vérifier le taux de change »… L’Estonie a l’euro, et ce depuis trois ans! « Bravo mademoiselle j’ai fait des études sur l’Union européenne (ouais, j’étais en NZ à l’époque où ils ont changé de monnaie, ça passe…) ».

J’avais aussi prévu de regarder la météo et prendre mes moonboots, mais, comme en Finlande, il n’y aura pas eu de neige à Noël cette année.

Que d’a priori sur ces pays éloignés qu’on a toujours tendance à considérer comme un bloc de trois, les Pays Baltes. Grossière erreur, car l’Estonie est à part, plus liée à la Finlande, alors que la Lettonie et la Lituanie ont un caractère plutôt soviétique. Et Tallin est tellement plus belle que Riga – énorme parti pris de ma part, et je m’en excuse, mais j’ai eu un vrai coup de cœur pour Tallin.

Une ville féérique

Une petite ville mignonne, avec une vieille partie médiévale, un peu comme à Prague (en deux fois plus petite), où il Tallin_Noelfait bon se perdre. Entre le tour gratuit de deux heures commenté par une jeune estonienne Heli, et rempli d’anecdotes sur ce pays, qui n’a été indépendant qu’une trentaine d’années au total (tour que l’on peut retrouver tous les jours à 12h devant l’Office de tourisme), les déambulations d’une ruelle à l’autre et les pauses resto/café/vin chaud à la liqueur locale pour se réchauffer, on n’a pas chômé avec Camille. On s’est même fait un ragoût de renne le soir dans une auberge médiévale, éclairés à la lueur de la bougie. Je passerai sous silence le fait que nous logions dans une « party hostel« , ainsi que les supers gérants Irlandais et Australiens qui m’ont ramené au plus loin de mes souvenirs de voyage (et d’accents incompréhensible), et le tour des pubs de la ville – avec ce délicieux shot Apple pie, vodka, jus de pomme et cannelle. Santé!

Remarque culturelle de la part des Irlandais: en Estonien, « santé » ou « cheers » se dit « terviseks », ce qui ressemble en phonétique à « terrible sexe ». No comment…

Tallin, ville féérique

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge