Carnet de voyages en Nouvelle-Zélande, Europe et Asie
Amsterdam, c’est là!

Amsterdam, c’est là!

Ce weekend prolongé à Amsterdam devait être une pause dans notre folie parisienne. On l’avait planifié depuis longtemps avec un groupe d’amis, et on avait prévu d’y prendre notre temps, de nous y reposer. On avait choisi d’y aller autour du seul jour férié de l’automne, pour avoir un peu plus de temps sur place. On est parti du 11 au 15 novembre 2015.
Des barbares en ont décidé autrement et notre quotidien nous a violemment rattrapé, nous ramenant plus vite que prévu à la réalité.

Ce n’est pas facile d’écrire sur ce séjour, j’ai l’impression d’occulter ce qui s’est passé dans notre ville, dans nos quartiers et nos QGs, alors que nous n’y étions pas. Cependant, même si notre esprit festif s’est estompé dès le vendredi soir, c’est le charme et la sérénité de cette ville que j’aimerais garder en souvenir. Nous étions juste entre potes, dans une de mes capitales préférées.

amsterdam_canaux

Un peu de culture

Mais pas trop. On est parti à huit, gros groupe lent à manœuvrer. On met du temps à bouger le matin, rarement dehors avant midi, et un peu au ralenti l’après-midi. Ce rythme nous va bien, on souffle, on se promène et on respire les effluves de friture, les odeurs de gaufres liégeoises ou d’herbe. Marchant des heures l’appareil photo en bandoulière, un peu coupés des autres par nos délires, on ne prend pas le temps d’échanger avec les locaux. Tant pis, on se rattrapera sur la peinture flamande.
Le choix des musées est vite fait: les tickets d’entrée sont chers, et la plupart d’entre nous en ont déjà visité quelques-uns. Le veto est donc mis sur le mémorial d’Anne Frank – et la longue file d’attente, ainsi que sur le musée Van Gogh. Ce sera le Rikjemuseum, et la maison de Rembrandt.

Rijkemuseum. Le bâtiment à peine rénové est incroyable. L’extérieur fait penser à une immense gare, Amsterdam_Rijkemuseumen briques rouges, surmonté d’une grande horloge. A l’intérieur c’est blanc, épuré, comme ce hall immense où l’on démarre notre visite. Un mélange de moderne de verre et gris, rehaussé par les plafonds vertigineux et les vitraux colorés. On a peu de temps, on a trop traîné dans le Quartier Rouge. Il faut aller à l’essentiel. Ce sera « La laitière » de Vermeer, où l’on va remarquer pour la première fois la centaine de petits points dans la miche de pain, et les « défauts » du mur du fond, permettant de tamiser la lumière. Passant dans la salle principale de cet étage dédié aux peintres flamands, on est comme happées par la lumière se dégageant de « La Ronde de Nuit » de Rembrandt. Dix minutes plus tard on y est encore, affalées sur les fauteuils, à étudier chaque détail mis en valeur par les différentes sources de lumière. Le reste de la visite se fait au pas de course, un Van Gogh ici, un Manet dans cette pièce, puis les maquettes de bateau et les armures de la campagne de Napoléon au rez-de-chaussée. Zapping culturel express avant de retourner dans la nuit froide et pluvieuse.

Rembrandthuis. Le musée est attenant à la maison même où le maître a peint la majorité de ses chef d’œuvres. On s’imprègne de l’atmosphère en passant du salon à la bibliothèque, c’est émouvant de voir les lieux où le processus de son oeuvre a été entrepris. On trouve encore quelques originaux ainsi que de nombreuses œuvres de ses élèves. Encore une fois arrivés peu avant la fermeture, on s’incruste dans le dernier atelier de démonstration. Une guide nous montre une par une les différentes techniques de gravure de Rembrandt. Tout le processus de création nous est expliqué, et l’on comprend petit à petit l’importance de la profondeur d’un coup de burin sur la lumière apportée à une estampe. La presse permettra de finaliser la planche sur différents supports, en fonction du résultat attendu.

Oude Kerk. Visite entre filles du plus grand temple protestant de la ville, en plein Quartier Rouge, après avoir abandonné les mecs on ne sait plus trop où. Le temple est immense, et vide, avec quelques sièges, une chaire, et un immense orgue. Le dénuement protestant. Elodie essaye de nous instruire en nous lisant le fascicule distribué à l’entrée. Il paraîtrait que certains vitraux de la Vieille Eglise – comme son nom l’indique – racontent l’histoire de onze mille vierges. D’accord, mais on ne les a pas trouvées au milieu de toutes les rénovations.

Amsterdam

Balade le long des canaux d’Amsterdam

En visite pour la quatrième fois, je commence à connaitre cette ville et je ne m’en lasse toujours pas. Je pourrais rester des heures accoudée à la rambarde d’un pont à regarder les navettes passer dans les canaux du Jordaan. Cette eau m’apaise, et la lumière d’automne sublime les couleurs orangées des
ruelles. Par chance, on a eu deux très belles journées, à marcher au soleil et prendre des photos en évitant les vélos, avant que le mauvais temps ne nous rattrape.

Pluie. Vent. Froid. Le combo infernal du mois de Novembre. cafebrunLa meilleure solution à adopter contre l’humidité est alors de suivre les locaux et se réfugier dans les cafés bruns. Typiquement hollandais, ces cafés sont des endroits pleins de lumière et de chaleur humaine. Il est encore tôt, mais les kilomètres parcourus et la nuit tombante ont raison de nous, et on s’affale sur la table du Café de Prins pour un premier chocolat chaud. Puis une, deux, trois pintes de Vedett, et quelques croquettes à partager, entre deux conversations. On se fera vite mettre dehors – on est vendredi, il fallait réserver – pour retourner dans la nuit froide chercher d’autres pubs, et d’autres bières.

Une fois n’est pas coutume, notre appartement airbnb n’était pas confortable. On a évité de s’y attarder,
iamsterdamet on a multiplié les sorties. Pas de tour en vélo pour cause de pluie, mais un petit run de bon matin dans les feuilles mortes entre canaux et parc. Puis de nombreuses pauses culinaires, comme ces cookies incroyables au chocolat noir, fourrés de pépites fondantes au chocolat blanc, ces gaufres liégeoises caramélisées, un nasi goreng et toutes ces autres saveurs ramenées d’Indonésie. Enfin, dimanche midi, au milieu d’une ambiance kitchissime, on a fait le plein de douceurs et de couleurs à Moeders, ce restaurant rempli de photos de mamans, devant lequel on passait tous les matins. L’apple pie partagée en dessert, après une bonne soupe chaude, était exactement ce qu’il nous fallait avant de reprendre la route pour rentrer, et quitter ce cocon amsterdamois. Un weekend passé dans un nuage en quelque sorte.

Amsterdam

 

La photo du Rijke et celle du café brun n’ont pas été prises par moi, mais par Jonathann.  

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge